Mot-clé - de bric et de broc

[Rétrospective] Ce que vous avez manqué pendant l’été

Préambule : Ce billet fait partie d'une rétrospective listant les billets que j'ai produit ou co-produit sur le blog ekito people

Pour la rentrée, ekito et ses ekitiens vous proposent de vous lister ce que vous avez manqué durant cet été.

Lire la suite : Ce que vous avez manqué pendant l’été

 

Essai du Nikon SB-600

Ça faisait quelque temps que l'envie me trottait dans la tête (à peu près depuis l'achat de mon Nikon D50). J'ai donc fini par acheter un flash cobra, plus précisément un Nikon SB-600

Lire la suite...

 

En vrac

Comme ça fait longtemps que je n'ai pas mis à jour ce blog, un petit vrac ne fera pas de mal

Lire la suite...

 

Recyclage et signification des symboles

Pour repérer un produit recyclable, il faut chercher sur celui-ci certains symboles qui indiquent ci celui-ci l'est ou non. En revanche, il existe différents logos avec chacun leur signification. Seront présentés ici les logos officiel, il règne en effet dans ce domaine un certain fouillis d'indications voulant tout dire et son contraire.

Lire la suite...

 

Ne pas appuyer s'il vous plaît

Imaginez un bouton…

billet initialement publié le 14/04/2006

Lire la suite...

 

Essai du Nikon D50

Le monde des appareils photos numériques se divise en trois groupes :

  • Les compacts, appareils de petite taille avec une focale fixe ou un petit zoom optique, et quelques fois un viseur optique distinct du capteur.
  • Les bridges, appareils intermédiaires : ils ont le capteur des compacts, une visée électronique, mais procurent plus de réglages et un zoom plus important.
  • Les reflex, appareils à l'objectif interchangeable, à la visée optique, et proposant une foultitudes de réglages.

Le Nikon D50 fait partie de cette dernière catégorie.

Lire la suite...

 

Loose Change, la théorie du complot pour les masses

La vérité est ailleurs… ou pas.

Lire la suite...

 

Le retour du malade imaginaire

Les sociétés occidentales actuelles sont globalement en meilleure santé actuellement qu'elles ne l'étaient au temps de nos ancêtres : plus de grandes épidémies décimant la population en un temps record, des maladies autrefois graves sont maintenant facilement soignées, etc.

Tout le monde pourrait s'en réjouir, non ? Mais imaginez qu'il existe des cas où cette bonne santé est plus un problème qu'une bonne nouvelle : pour l'industrie pharmaceutique, moins de maladies et de malades entraine moins de chiffre d'affaire et de bénéfices.

Pour cela, il existe une solution toute simple : si l'on ne peut pas trouver de nouvelles maladies et nouveaux malades, alors inventons en.

le rouleau compresseur des campagnes publicitaires ou de sensibilisation, rondement menées, transforment les bien-portants soucieux de leur santé en souffreteux soucieux tout court. Des problèmes mineurs sont dépeints comme autant d’affections graves, de telle sorte que la timidité devient un « trouble d’anxiété sociale », et la tension prémenstruelle, une maladie mentale appelée « trouble dysphorique prémenstruel ». Le simple fait d’être un sujet « à risque » susceptible de développer une pathologie devient une pathologie en soi.

Cet état de fait est développé dans l'article du Monde Diplomatique « Pour vendre des médicaments, inventons des maladies ».

Disclaimer : je ne jette pas la pierre sur l'industrie pharmaceutique. Sans elle, il n'est pas garanti que nous aurions des médicaments disponibles rapidement et en grandes quantités. En revanche, je suis contre les dérives dénoncés dans l'article ci-dessus, dérives à seul but mercantile et non de santé publique.

 

Desperate consumer

S'il y a une série télévisée que j'apprécie particulièrement, c'est Desperate Housewives. C'est le genre de série qui me permet encore de ne pas jeter ma télévision (en plus du lecteur DVD et de la console lecteur multimédia de 20 kg).

Par contre, ce qui me désespère le plus, ce qui gâche le plaisir des quelques rares programmes intéressant qu'il reste encore possible de trouver, ce sont tout simplement ces foutues coupures pub. Plus le temps passe, plus je les trouve complètement abrutissantes, glorifiant le « ne soit pas un looser, consomme toi aussi ces merveilleux produits qui te rendront plus in ».

Non que je soit complètement contre la société de consommation, après tout, j'y suis en plein dedans, je suis dans un sens bien obligé de subir, et j'aime bien me faire plaisir de temps en temps. Par contre, ce que je ne supporte pas, ou de moins en moins, c'est ce côté infantilisant : ne cherche pas à être bien par toi même, on s'occupe de tout à ta place; contente toi d'acheter ce qu'on te vend, sans savoir si tu en a vraiment besoin. Si je dois acheter quelque chose, ce n'est pas une publicité qui m'incitera, mais plutôt le ressenti des autres utilisateurs, les différents tests que l'on pourra trouver en ligne. Bref, pas du marketing mais du vécu.

 

Essai du Yamaha Majesty 125

Suite à mon changement d'employeur, j'ai eu à faire un choix pour mon moyen de transport, la distance entre le domicile et l'employeur n'étant plus du tout la même.

Note : Je vends mon Majesty 125.

Lire la suite...

 

Vrac corps humain

Le petit vrac du jour, sur le sujet du corps humain.

Lire la suite...

 

Protection, collectivité et responsabilité personnelle

Depuis quelque temps, je lis pas mal d'avis du genre « comme je cotise à la sécurité sociale, je ne vois pas pourquoi je ne serais pas couvert en cas d'accident même si je l'ai cherché ». Personnellement, j'ai un avis tout autre.

Lire la suite...

 

Crêpes sucrées Arnaud

Il existe à peu près autant de recettes de pâte à crêpes que de personnes. A une époque j'avais une recette qui ne rendait pas trop mal, mais je n'en avais plus fait depuis bien 5 ans. Il paraît que c'est comme le vélo, et que ça ne s'oublie pas.

Donc voici ma recette de pâte à crêpes, telle que j'ai réussi à m'en souvenir : les crêpes sucrées Arnaud.

Lire la suite...

 

Randonnée raquette : petits conseils rapides

J'ai découvert ce week-end la randonnée en raquettes sur le plateau de Beille, dans les Pyrénées. Première fois est souvent synonyme d'erreurs. Je vais essayer de récapituler ici les astuces à connaître.

L'astérisque (*) signifie une mésaventure vécue par votre serviteur lors de cette randonnée.

Lire la suite...

 

Parenté à plaisanterie

En lisant un billet sur les Dogons de David, je suis tombé sur un article du même sujet sur Wikipedia. Cet article fait référence au terme de « parenté à plaisanterie ». Contrairement à ce qu'il laisse entendre, le sujet est sérieux.

Lire la suite...

 

Monde moderne et magie

Malgré la prépondérance de la science dans les sociétés modèles, l'attrait pour la magie, que celle-ci soit présentée comme telle ou bien déguisée sous un autre nom ne semble pas s'affaiblir, au contraire.

Lire la suite...

 

Essai du TomTom One

Comme il faut savoir se faire plaisir de temps en temps, je me suis offert un système de navigation GPS, le TomTom One. Est-il bon, est-il mauvais ? La suite en images (enfin, plus de texte que d'images).

Lire la suite...

 

Content…

Le widget Wiktionary est présent au top 50 des téléchargements Apple (21ème position à l'heure où je tape ce billet). Hier soir vers 23h00, il était même dans le top 5, à la 3ème place.

J'ai d'ailleurs dû arrêter de l'héberger sur ma machine, ça me bouffait un chouïa trop de bande passante à mon gout, dans les 100 à 130 kb/s en permanence. Il a rejoint les serveurs (et les lignes) mieux dimensionnées des pages perso de mon FAI.

Y'a pas à dire, /me content

 

Essai de la Powerball Neon Blue

Qu'est-ce qui est sphérique, pèse 200g à l'arrêt, peut monter jusqu'à 15000 tours/minute (et exercer une force de 196,2 Newton, soit 20 kg) à ce moment ? C'est… c'est… c'est…

Lire la suite...

 

C'est fin…

…ça se mange sans faim, c'est le Kouign Amann.

Lire la suite...

 

- page 1 de 2