Comme pas mal de personnes, je souffre d'allergies, plus précisément aux pollens de graminées (pas de bol, c'est pile-poil la saison). Il est à noter que ces phénomènes allergiques sont en augmentation, principalement dans les sociétés occidentales.

Quelles peuvent bien en être les raisons ?

Concernant les allergies respiratoires, par exemple les « poils » d'animaux [1], ou bien divers pollens, certains polluants présents dans l'atmosphère ont tendance à dilater les alvéoles pulmonaires et favoriser le passage des allergènes dans le sang.

Pour ces mêmes allergies, ainsi que les autres (allergies médicamenteuses, allergies alimentaires, etc.), il a été développé une théorie intéressante : les sociétés occidentales sont de plus en plus médicalisées dans le but d'éviter toute maladie, que celle ci soit grave (ce qui se comprend parfaitement), ou bien bénigne (médicalisation dite de confort). C'est sur cette constatation que la théorie suivante se base : dans un environnement de plus en plus sain, la plupart des allergies seraient dues à un système immunitaire sans éléments viraux et bactériens à combattre, et se retournant contre certains éléments étrangers à l'organisme, mais totalement inoffensifs pour celui ci.

Cette théorie parait séduisante au premier abord, mais n'est pour l'instant qu'une théorie qui va devoir être démontrée de manière rigoureuse. Dans le cas où celle ci s'avérait être exacte, quelle serait la meilleure chose : limiter la médicalisation à outrance, et diminuer les allergies, ou bien continuer dans la voie actuelle, et supporter ces allergies comme des désagréments inévitables ?

[1]. à savoir que dans ce cas le coupable n'est pas le poil en lui même, mais certaines substances contenues dans la salive de l'animal qui se retrouve dans l'atmosphère après que celui ci se soit léché