Le contexte

Cet appareil devait avoir plusieurs caractéristiques importantes pour être sélectionné :

  • un prix se situant en dessous des 300 euros (c'est un point très important pour avoir un WAF correct).
  • ne pas être un APN de type compact.
  • avoir un capteur de quatre méga-pixels au minimum.

J'ai fait quelque recherches rapides, et mon attention a été retenue par deux modèles : le récent Konica-Minolta Dimage Z20, et le plus ancien Konica-Minolta Dimage Z2 (aujourd'hui remplacé par le Z3). Le premier avait pour lui un capteur 5 méga-pixels, le second des réglages plus fins, et une griffe pour un flash externe. J'ai donc choisi le second, voulant me rapprocher de mon reflex argentique, un Nikon F-601.

Le Konica-Minolta Dimage Z2 ressemble à ceci :

Kinoca-Minolta Z2

Caractéristiques

  • Capteur : CCD 4 méga-pixels
  • Tailles d'images : 2272 x 1704, 1600 x 1200, 1280 x 960 et 640 x 480
  • Capture vidéo : 800 x 600, 640 x 480, 320 x 240, 240 x 160 à 15 images/s ; 640 x 480, 320 x 240, 240 x 160 à 30 images/s ; le tout sans limite de durée (à part la capacité de la carte mémoire), et avec son.
  • Optique : 38 - 380mm equiv. 35mm (zoom optique 10x, zoom numérique 4X : 40X avec le zoom optique)
  • Focale : 2.7-3.8
  • Sensibilité : Auto, 50 ISO, 100 ISO, 200 ISO, 400 ISO
  • Balance des blancs : Auto, 5 pré-réglages, manuel
  • Stockage : carte SD/MMC, une carte SD 16 Mo fournie
  • Connectique : un connecteur USB 1 / sortie audio vidéo (câble fourni); entrée alimentation secteur
  • Alimentation : entrée alimentation secteur (optionnel), 4 piles alcaline AA ou batteries NiMH (recommandées)
  • Autonomie (test CIPA) : 250 photos avec des piles alcalines, 450 photos avec des batteries NiMH 2500 mAh
  • Prix : en moyenne entre 270 et 290 euros.

Les points suivants vont énumérer ce qui me plait et me déplait dans cet appareil. N'étant (absolument) pas un photographe professionnel, ni même averti, il va sans dire que ces points pourront sembler superficiels à des personnes plus compétentes que moi.

Les points forts

Cet APN est une mine de réglages (comparé à mon Coolpix 2500) : sensibilité ISO, vitesse d'obturation, focale d'ouverture, puissance du flash, etc. Pour les personnes peut au fait des réglages manuels, il est possible d'avoir des modes préprogrammés : auto (l'appareil choisi lui même la sensibilité ISO, la focale et la vitesse d'obturation), portrait, paysage , coucher de soleil, nocturne, et sport.

L'écran LCD est lumineux, et son fort taux de rafraichissement évite toute latence désagréable lors de mouvements un peu vifs, que ce soit de la part du sujet visé ou bien du photographe.

Une fois le bon réglage trouvé, parfois assez difficilement parfois avec le flash dans un environnement moyennement éclairé, les photos sont claires et précises (voir les exemples ci-dessous).

Le zoom optique est de très bonne facture, et la présence d'un zoom numérique, bien que dégradant la qualité de l'image finale, peut toujours servir pour des clichés devant être redimensionnés à la baisse. A l'opposé du zoom, la présence d'un mode super-macro autorisant une mise au point à trois centimètres du sujet visé est un très bon point pour cet appareil.

Enfin, la possibilité de pouvoir enregistrer des vidéos en 640x480 à 30 images par secondes, ou même en 800x600 à 15 images par secondes, le tout avec le son pourrait quasiment permettre à l'APN de servir de petit caméscope basique.

Un des points pour lesquels je n'ai pas (encore) d'opinion, c'est l'autonomie de l'appareil. Les piles alcalines livrées avec l'appareil ont tenu une petite centaine de photos (avec flash pour une bonne moitié, et quelques enregistrements de vidéos) mais les piles livrées ne sont jamais connues pour avoir une longue durée de vie, elles sont juste là pour permettre à l'utilisateur de démarrer avec son appareil. Et le jeu de batteries NiMH que j'ai acheté n'est pas encore calibré : la première recharge a duré 10 photos, la seconde est en cours d'utilisation, mais je sens qu'il va encore falloir deux ou trois recharges supplémentaires pour qu'elles soient au mieux de leur forme.

Les points faibles

Les principaux reproches que je pourrais faire au Dimage Z2 concernent la mise au point dans les conditions difficiles : faible luminosité et extrémité du zoom optique. Dans ces cas, il peut être utile de recourir à la mise au point manuelle. De plus, il manque une lampe d'assistance à l'auto-focus pour les conditions de faible luminosité.

Autre point négatif, l'absence de stabilisateur du capteur. En effet, lors d'une prise de vue en zoom 10x (et encore plus quand on y rajoute le zoom numérique), le moindre mouvement de l'appareil risque de se solder par un flou tout sauf artistique si la vitesse d'obturation devient trop faible. Dans ce cas, soit il faudra faire l'achat d'un trépied pour stabiliser l'appareil, soit augmenter la sensibilité ISO avec toutes les conséquences négative que ça a sur la qualité de l'image. Si vous voulez le capteur, il va falloir vous rabattre sur le Dimage Z3, qui est un peu plus cher (330 / 350 euros).

Dernier point négatif que j'ai relevé, le mode 400 ISO est inutilisable, le bruit étant beaucoup trop présent sur les aplats.

Autres

L'appareil a été testé avec une carte SD Ultra II 256 Mo de SanDisk. La carte de 16 Mo fournie est trop juste pour pouvoir prendre suffisamment de prises de vue, en plus d'être lente à l'enregistrement.

Des exemples de photos prises avec le Z2 sont disponibles à cet endroit. Les données EXIF n'ayant pas été supprimées, vous pouvez vous y référer pour plus de détails sur les réglages de l'APN lors de la prise de vue.

Un autre test plus complet est disponible chez dpreview.com