Perception occidentale

La culture occidentale a été façonnée en grande partie selon le modèle judéo-chrétien, principalement dans le cas qui nous intéresse par le mythe de la Genèse. Celui-ci stipule que seul Dieu peut et doit donner la vie et une âme à ses créations. De par ce fait, tout être vivant (et par extension tout être artificiel autonome) créé par l'homme est voué à être sans âme, fondamentalement mauvais et corrompu. L'exemple type est la créature du docteur Frankenstein (Frankenstein, Marie Shelley). Un autre exemple est l'ensemble des trois lois de la robotique:

  • Première loi : Un robot ne peut blesser un être humain, et par son inaction laisser un être humain être blessé.
  • Deuxième loi : Un robot doit obéir à un être humain, sauf si cela entre en conflit avec la première loi.
  • Troisième loi : Un robot doit protéger son existence, sauf si cela entre en conflit avec les première et deuxième lois.

Ces trois lois ont été inventées par Isaac Asimov, écrivain occidental. Ces lois, articulées autour de la première loi, ont donc principalement une fonction de protection de l'être humain par sa création. Le sous-entendu est que sans cette première loi, l'être humain est à la merci du robot qui pourrait/aurait forcément envie de lui faire du mal.

Cette perception occidentale influence donc de manière négative le regard que porte la population sur les robots: ceux-ci prennent le travail des hommes dans les usines, ce ne sont que des machines donc on ne peut pas leur faire entièrement confiance, etc.

Perception orientale

La perception orientale n'a pas cette influence du Dieu qui pourvoit l'humanité d'une âme. Pour un individu oriental, un être humain (et par extension un être vivant) est une chose, un robot en est une autre. Ces derniers ne sont considérés (à juste titre) que comme les machines, voire les outils, qu'ils sont. Par essence, étant radicalement des être humains, les robots ne sont pas perçus comme entrant en concurrence. C'est sans doute pour cela que les principales avancées en terme de robotique humanoïde se font en Asie. Par exemple, les robots Asimo de Honda et QRIO de Sony sont des robots créés par des entreprises japonaises. C'est sans doute aussi pour cette raison que l'AIBO de Sony a autant de succès: en tant que machine, il ne se formalisera pas d'être abandonné s'il ne présente plus d'intérêt, et son « maitre » n'aura pas de remords à éprouver, contrairement à ce qu'il pourrait ressentir avec un vrai chien. Enfin, c'est aussi sans doute pour cette raison que les robots humanoïdes autonomes ou non sont aussi présents dans les dessins animés et mangas asiatiques. Dans la majeure partie des cas, ceux-ci sont considérés comme des outils.

Petite conclusion qui n'engage que moi

Cette différence de perception de la robotique entre occident et orient est une des causes majeures de l'apparent retard technologique du premier sur le second. Tant que la robotique ne sera pas débarrassée des préjugés occidentaux en la matière, la recherche dans ce domaine risque fort de ne pas rattraper l'avance asiatique, du fait d'un manque de perception positive de la part du public.