État des lieux

Je ne vais pas développer ce point, je n'ai pas de chiffres exacts, tout comme personne d'autre. Mais il faut savoir que les réserves de pétrole ne sont pas infinies, loin de là. Si rien ne change au niveau de la croissance mondiale, l'accroissement de la consommation de pétrole devrait logiquement entrainer la croissance de la production afin de maintenir des prix relativement abordables. Sauf que celle ci va atteindre un maximum (appelé « pic de Hubbert ») avant de décroitre puis de s'arrêter. Cette décroissance de la production entraînera la raréfaction du pétrole, et l'augmentation de son cout. La moyennes des estimations actuelle estime les réserves connues à environ 40 ans, avec un pic de Hubbert qui devrait arriver d'ici 10 à 15 ans.

Le pic de Hubbert est atteint, et après ?

Notre société de consommation actuelle est fortement basée sur l'abondance du pétrole et de ses dérivés. En effet, le pétrole entre dans la composition :

  • des carburants
  • des matières plastiques
  • des engrais et pesticides chimiques (chimie organique)
  • du bitume des routes
  • production d'électricité (centrales thermiques)
  • etc.

De plus, le cout relativement bas du pétrole entraine des couts également bas des transports.

A partir du moment où le pétrole va devenir rare et son cout augmenter, cela va avoir les conséquences suivantes :

Géopolitique

Le pétrole étant une denrée stratégique, il est a parier que certains pays occidentaux dépendant fortement du pétrole vont essayer de faire pression politiquement voire même militairement (invasion de l'Irak par Bush junior ?) sur les pays producteur afin d'assurer leur consommation. De plus, ceux ci vont se servir de leurs réserves internes pour assurer la subsistance des services de l'état : armé, police, transports, aux détriments des citoyens. Ceci entraînerai des instabilités géopolitiques externes et internes.

Carburants

La raréfaction du pétrole va entrainer une hausse du prix des carburants, rendant la voiture un luxe de moins en moins accessible. Le problème est qu'actuellement les solutions de remplacement manquent. L'électricité suffit tout juste pour une voiture normale, il est hors de question d'essayer d'alimenter un camion de transport routier, un avion ou des engins agricoles ou de travaux avec. Les piles à combustibles sont plus des jouets de laboratoire que des solutions viables pour le moment. Quand à la solution des bio-carburants tirés des produits de l'agriculture, ils seront difficiles d'accès, cette dernière aura aussi à souffrir du manque de pétrole.

Matières plastiques

Elles sont partout, légères, souples ou rigides, opaques ou transparentes, solides ou fragiles : ce sont les matières plastiques. Et elles sont fabriqués avec quoi ? Du pétrole bien entendu. Il va falloir trouver quelque chose pour les remplacer : par exemple, une voiture entièrement en métal, c'est plus lourd, et donc ça consomme plus. La filière du recyclage est à oublier, toute les matières plastiques ne pouvant pas être recyclées. De plus, s'il faut se contenter des stocks de plastiques recyclables (et non remplaçables en cas de pertes), ça va mettre un coup d'arrêt à la sacro-sainte croissance.

Engrais et pesticides

Si l'agriculture est à l'heure actuelle aussi développée, c'est grâce aux engrais et pesticides chimiques. Sans ceux ci, les rendements baissent dans de fortes proportions, ce qui est assez gênant pour l'alimentation des gens, l'alimentation du bétail, ainsi que la culture pour les bio-carburants.

Production électrique

Les utilisations du pétrole en matière d'électricité sont assez faibles. Mais il va bien falloir remplacer ces centrales thermiques :

  • Le charbon : la aussi, les réserves ne sont pas infinies, et puis le charbon est polluant (et le rendement thermique moins important qu'avec le pétrole)
  • Le nucléaire : vu qu'il faut une dizaine d'années pour en construire une, il va falloir se dépêcher pour en construire suffisamment. Et puis à la consommation actuelle (qui risque donc d'augmenter), les réserves sont estimées à 200 ans.
  • Les énergies renouvelables : les barrages sont longs à construire, et les autres énergies ne produisent pas assez.

Transports

Les pneus sont fait en parties avec des matières plastiques, donc à base de pétrole. De plus la raréfaction du pétrole va entrainer une hausse des couts de transports. Fini le tee-shirt fabriqué en Chine à 1 euro pièce. Fini les tours du monde en avion. Fini tout ce qui est basé sur le transport des hommes et des marchandises de manière rapide et peu couteuse.

Général

Il y a encore tout ce qui dépend de manière indirecte du pétrole, c'est à dire tout: pour faire les éoliennes / panneaux solaires / barrages : il va falloir de l'électricité pour produire les pièces, il va falloir du carburant pour les transporter, pour manipuler les engins de chantier. Il va falloir de la nourriture pour alimenter les ouvriers (moins d'agriculture = moins d'élevage), etc.

Bref, je vois bien un retour partiel à l'époque avant la révolution technologique du XIXème siècle, tant d'un point de vue technologique (encore qu'on pourra avoir droit aux véhicules fonctionnant au gazogène) que du niveau de la population. Bref, un bel univers Steam-Punk :)

Solutions

Actuellement, je n'ai aucune solution à proposer. Au vu du peu de temps qu'il semble rester avant le pic de Hubbert et le début des problèmes, il faudrait commencer dès maintenant à chercher des solutions pour sortir de la dépendance du pétrole. Mais personne ne semble décidé à le faire, et le problème est principalement politique.

sources de réflexion :