Caractéristiques techniques

  • Prise en charge du système d'éclairage créatif Nikon.
  • Compatibilité avec les modes i-TTL (pour le dosage automatique flash/ ambiance), D-TTL, TTL, Manuel.
  • Écran ACL avec 6 boutons rétro-éclairés.
  • Nombre guide : 30 [100 ISO,m], 42 [200 ISO,m] (réflecteur zoom réglé sur 35mm).
  • Couverture du flash : 24-85mm (14mm avec l'adaptateur inclus).
  • Illuminateur d’assistance : AF avec large plage.
  • Temps de recyclage (approximatif, à intensité maximale, avec piles alcalines) : 3,5s
  • Nombre d’éclairs (en manuel à intensité maximale, avec piles alcalines) : 200
  • Alimentation (piles AA) : 4
  • Dimensions approximatives (L x H x E) :68mm x 123,5mm x 90mm
  • Poids (sans les piles) : 300g
  • Contenu de la boîte : SB-600, support trépied, sacoche, manuel, exemple de photographies prises au flash.

Pourquoi un flash cobra ?

En version courte : pour ne plus dépendre du flash intégré à l'appareil photo. En version longue : pour avoir un flash plus puissant, directionnel et acceptant un diffuseur (voir plus bas pour ce dernier point). Et puis aussi, parce que je le veux bien.

Essai du SB-600

Tout d'abord, les photos ci-dessous montrent le D50 avec le SB-600 monté (sans et avec le diffuseur).

D50 + SB-600

Nikon D50 avec SB-600 monté

D50 + SB-600 + Diffuseur

Nikon D50 avec SB-600 monté et diffuseur installé

Tout d'abord, le flash ajoute un certain poids à l'appareil photo : aux 620g du boitier nu plus les 400g de l'objectif (un Tamron 18-200mm) s'ajoutent maintenant 420g du flash (avec les piles, bien entendu), soit 1,44 kg dans les mains. Le surplus de poids n'est finalement pas inconfortable, car il ramène le centre de gravité vers le boitier qui a moins tendance à basculer vers l'avant. Pour l'alimentation du flash, j'utilise des batteries NiMh à faible autodécharge (Duracel Stay Charged 2000 mAh). Il ne me manque plus qu'à avoir un jeu de plus déjà chargé dans la sacoche.

À l'usage, on sent bien que le flash est plus puissant que celui du D50 (11 [100 ISO,m], 15 [200 ISO,m] pour le D50, 30 [100 ISO,m], 42 [200 ISO,m] pour le SB-600). Il est d'ailleurs assez puissant pour se le prendre dans l'œil lors de la prise de vue lorsqu'il est pointé vers le haut ou vers le côté.

Le réflecteur interne est motorisé, et adapte le pinceau de lumière sortant du flash à la longueur focale sélectionnée sur le boitier (jusqu'à 85mm). Pour une longueur focale supérieure à 85mm, le réflecteur restera réglé sur 85mm. De même, pour une focale inférieure à 24mm, le réflecteur restera réglé sur 24mm. Les réglages intermédiaires sont 28, 35, 50 et 70mm. Il est bien entendu possible de modifier manuellement ce réglage pour le dissocier de la focale sélectionnée sur le boitier.

Les réglages intermédiaires (yeux rouges, synchro lente, etc.) se font sur le boitier et non sur le flash lui-même. La compensation du réglage de l'éclair se fait en revanche sur le SB-600.

Petit regret : avec le D50, il n'est pas possible de piloter à distance un SB-600, à moins d'y monter dessus un SB-800 / SB-900 (une centaine d'euros de plus que le SB-600), ou bien un cable de synchronisation.

Pourquoi un diffuseur ?

En plus du flash, je me suis aussi acheté un diffuseur (Delamax compatible SB-600, 13 euros chez Amazon). Contrairement à ses grands frères SB-800 / SB-900, le SB-600 en est dépourvu.

Sans diffuseur, le flash génère un pinceau lumineux dans la direction vers laquelle est pointé le flash. Ce pinceau éclaire directement le sujet, laissant derrière lui des ombres fortement marqués. Le diffuseur quant à lui « éclate » le pinceau lumineux qui va du coup partir dans toutes les directions (grosso modo une demi sphère centrée sur le flash). La lumière étant ensuite réfléchie sur les parois environnantes, les ombres portées seront moins nettes. De plus, lors d'une prise de photo portrait, la lumière est plus répartie sur le sujet, donnant un aspect plus naturel.

En revanche, selon le diffuseur, la balance des blancs peut être légèrement altérée. Dans le cas du diffuseur choisi, elle devient légèrement plus chaude. De plus, le diffuseur diminue la quantité de lumière reçue par le sujet. Il peut être nécessaire d'augmenter la puissance du flash pour compenser.

portrait_sans_diffuseur.jpg

Photo prise flash pointé vers le sujet, sans diffuseur



portrait_avec_diffuseur.jpg

Photo prise flash pointé vers le sujet, avec diffuseur



Exemples de photos

Toutes les photos suivantes ont été prises avec les paramètres suivants :

  • focale : 38mm (35 pour la première)
  • ouverture : 4,5 (4,2 pour la première)
  • vitesse d'obturation : 1/60
  • balance des blancs : auto
  • pas de compensation d'exposition
  • pas de compensation de flash

Flash intégré

Photo prise avec le flash intégré de l'appareil

Sur la photo ci-dessus, l'ombre portée de l'objet est dure (bords nets).

SB-600 - Direct

Photo prise avec le flash SB-600 pointé vers le sujet

Sur la photo ci-dessus, l'ombre portée de l'objet est dure (bords nets). Le flash étant plus puissant, l'image est beaucoup plus lumineuse. Le SB-600 étant déporté plus haut que le flash intégré, l'ombre portée est placée un peu plus bas.

SB-600 - Direct - Diffuseur

Photo prise avec le flash SB-600 pointé vers le sujet, diffuseur installé

Sur la photo ci-dessus, l'ombre portée de l'objet est beaucoup plus douce que sans le diffuseur. Celui-ci répartissant la lumière du flash quasiment sur une demi-sphère (plutôt qu'en ligne droite), la luminosité globale est plus faible. Il peut être nécessaire de compenser en augmentant légèrement la puissance du flash (+0,3 ou +0,6 IL).

SB-600 - Plafond

Photo prise avec le flash SB-600 pointé vers le plafond

Sur la photo ci-dessus, il n'y a plus d'ombre portée. La lumière est aussi mieux répartie sur l'ensemble de la scène. En revanche, du fait de la réflexion, la luminosité est légèrement diminuée.

SB-600 - Plafond - Diffuseur

Photo prise avec le flash SB-600 pointé vers le plafond, diffuseur installé

Sur la photo ci-dessus, on a un mélange entre la lumière mieux répartie, ainsi qu'une légère ombre portée. Du fait du diffuseur, il y a là aussi une luminosité plus faible.