Je pense que la technologie qui serait la plus à même de nous ouvrir les portes de l'espace, à nous non-spationautes professionnels, bref citoyens 'lambda', c'est bien l'ascenseur spatial décrit dans un lien plus haut. Ce n'est que très récemment qu'on commence enfin à produire à grande échelle la matière ultra-résistante (100 fois plus solide que l'acier, six fois plus légère et composée de nanotubes de carbone) qui permettra la réalisation de cette invention. A signaler que c'est une entreprise française - voir http://www.arkemagroup.com/… - qui va commencer à produire cette matière par tonnes (10 tonnes par an) Il en faudra des milliers pour réaliser un grand ascenseur allant depuis la Terre jusqu'à l'orbite géostationnaire, mais c'est un début, il y a encore un an, on ne savait produire que quelques fibres. Les choses devraient s'accélérer.
Ceci dit, il existe depuis des années des matériaux certes moins solides et moins légers, mais suffisants pour construire un type d'ascenseur spatial dont le câble serait beaucoup plus court, dont le haut serait sur orbite relativement basse, et dont la partie basse effleurerait le haut de l'atmosphère.
Un avion-fusée incapable d'atteindre la vitesse orbitale, tel Spaceshipone de Burt Rutan, bondirait hors de l'atmosphère pour s'accrocher au bas de ce câble d'ascenseur court (de 'seulement' quelques milliers de kilomètres plutôt que de plusieurs dizaines de milliers pour l'ascenseur le plus connu)
Au bas de l'ascenseur l'avion-fusée s'accrocherait donc à une station (ou hub, comme disent les anglo-saxons) et resterait accroché, ne retombant plus vers la Terre.
En effet, à la vitesse suborbitale à laquelle le hub et la navette évolueraient, une partie d'une pesanteur de type terrestre subsisterait dans l'avion-fusée et l'intérieur du hub dans lequel les passagers débarqueraient. De là ils emprunteraient une grosse cabine d'ascenseur spacieuse et confortable et monteraient en quelques heures le câble jusqu'à une station spatiale en orbite. Là, la pesanteur aurait disparu. L'orbite serait atteinte avec un avion-fusée beaucoup plus petit et robuste que la navette spatiale américaine qui a montré ses limites en matière de sécurité et de prix de mise sur orbite.
Chose intéressante, les voyageurs pourraient prendre une autre grosse cabine qui continuerait à monter plus haut pour arriver à une station qui se déplacerait à une vitesse supérieure à la vitesse orbitale. Cette station serait soumise à une force centrifuge. Tout engin spatial amarré à cette station qui s'en détacherait serait projeté comme par une fronde vers l'espace lointain, par exemple la Lune, Mars ou même Saturne, et cela sans qu'il ait à consommer d'énergie, sauf pour freiner et atterrir à l'arrivée.
Autre chose amusante : Une pesanteur plus faible que la pesanteur terrestre subsisterait dans cette station vers l'infini, mais à l'envers ! Les passagers se retrouveraient la tête en bas, marchant comme des mouches sur un plafond. Relevant la tête pour regarder à travers une baie vitrée, ils verraient notre planète Terre et le câble partant vers elle et les stations orbitales et d'arrimage situées plus bas.
Pour plus d'infos et si vous ne craignez pas trop de lire la langue de Shakespeare, voici un lien intéressant illustré http://members.aol.com/Nathan2go/…
L'un des deux parlant d'un projet d'hôtel orbital accessible par un ascenseur court comme celui que j'ai décrit.
Ah, j'oubliais de vous dire, un des matériaux qui permettraient de construire dès aujourd'hui cet ascenseur court est le câble en Spectra 2000, qui sert à fabriquer des filets de pêche industrielle solides et légers.
Ce type de câble spatial pourrait ouvrir les portes de l'espace à l'humanité tout entière avec des budgets beaucoup plus restreints, aussi bien pour le transport des humains que pour l'envoi de sondes automatiques d'exploration.
Bien sûr, le budget d'investissement de départ serait colossal, mais ce type d'ascenseur pourrait être utilisé et réutilisé durant plusieurs décennies, permettant un rapide amortissement.
Vous me direz : Il ya des météorites et des débris de la conquête spatiale là haut, ses câbles d'ascenseurs se feront trancher en quelques jours !
Eh bien non ! Un câble 'tressé' de plusieurs câbles, comme une sorte de broderie, continuerait à assurer son rôle de soutien même si plusieurs de ses sous-câbles seraient coupés.
D'autres types de câbles spatiaux, tournoyants ceux-là, comme le Lunavator (voir liens à la page : http://members.aol.com/Nathan2go/index.htm) sont peut-être encore plus prometteurs. Mais si la NASA a déjà fait des tests avec des câbles 'fixes', je ne crois pas qu'elle ait expérimenté avec des câbles rotatifs.
Je décrirai ces derniers plus tard, si vous n'êtes pas contre que je revienne un jour participer à ce blog si intéressant.
En tout cas, j'espère moi aussi vivre assez longtemps pour voir l'installation de l'homme hors de sa planète d'origine.
Bonne continuation à tous.
Roland